Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Li mesages s’en torne sans atargier
Qui fu preus et cortois et afaitiés.
Or a il tant esré et chevaucié(s)
Que il vint en .v. jors droit a Potiers.
3760Forment s’en est penés et travilliés,
Tant a quis le borgois quel trova bien :
Aiol[s] li ot nomé et ensengié.
De Dieu le salua le voir del ciel
Et d’Aiol son signor qui molt l’ot chier.
3765De soie part li done le boin destrier
Et après les .c. mars des boins deniers,
Et les dras d’escarlate qui molt sont chier.
Li borgois les rechut, molt en fu liés.

XCIII[1]

Li borgois de Poitiers les deniers prist
3770Et les dras d’escarlate, si les vesti.
Puis mande ses parens et ses amis ;
Quant il furent ensemble, si lor a dit :
« Signor, por amor Dieu qui ne menti,
« Remembre vos encore del bel mescin
3775« A le lanche enfumee, a l’escu bis
« Et a l’elme enrungié, al bai ronci,
« Que veistes passer l’autrier par chi ?
« Molt ert povre de dras, nus et despris,
« Qar les gens le gaboient de son ronci ;
3780« Jel vous oi gaber et escarnir.
« Gentieus hon me sambla, pitié m’en prist :
« Çaiens le herbergai, por bien le fis ;
« Chemise et blanches braies li fis vestir,
« Mon anel li donai al departir.
3785« Molt est boins chevaliers, preus et ardis :
(c)« Or a [a] grant plenté et vair et gris,
« Et vaillans saudohiers a lui servir.
« Le conte de Boorges l’autre jor prist,
« Et .iiii. chevaliers tous seus ochist

    — 3763 de v.

  1. — 3776 un elm. — 3781 len — 3789 tout