Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Onques mais ne vi jou home sosiel
« Mautalent pardonast si volentiers :
« Qu’a ceus qui vous gaboient al commencier
« Vous voi ore doner les boins destriers,
3655« Et si lor pardonés trop volentiers.
« Ses peusiés de Franche trestous cachier
« Et banir de ma tere et essillier :
« Et je l’otrieroie molt volentiers. »
Aiol[s] respont com sages et afaitiés
3660Et com hom qui estoit bien ensegniés :
« Sire, » che dist il enfes, « bien le saciés :
« Se je voloie ceus tous guerroier
« Qui gehui me gaberent al commencier,
« Dont ne me fauroit guerre jor desosiel.
3665« De vostre cors meismes fui laidengiés :
« Bien vous oi parler de vo solier :
« Encontre vos aroie mal gueroier. »
Quant li rois l’entendi, molt en fu liés :
Il acola Aiol par amistiés
3670Et puis l’a par amor assés baisié(s).
Aiol[s] s’en part del roi et prent congié :
A son ostel ariere est repairiés
Ciés Ysabel s’antain, nel vaut laisier,
Qui a la poverteit li ot aidiet,
3675Et il a la ricoise nel vaut laisier.
Quant Aiols dessendi de son destrier,
.v. chevalier li saillent a son estrier
(d)Qui le sievent de gré et volentiers :
Desor(e) mais ara il des escuiers,
3680Et keus et senescal et boutelliers.
Lusiane la bele devant lui vient,
Et quant ele le vit si fort sainier,
Del grant deul qu’ele en a pasmee ciet.
« Fille, » dist Ysabiaus, « car vos targiés,
3685« Trop i avés torné vo(u)s amistiés :

    — 3653 Que c. — 3680 sanescal.