Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Plus bel cor nen ot onques ne quens ne dus,
Et jure Dameldé et sa vertu,
3065Mieux vauroit estre mors et confondu[s]
Que il n’en fiere .i. u autre lui.

LXXVI[1]

Aiols fu remontés sor Marchegai ;
(c)Un[s] lechieres li crie par .i. gavai :
« Amis chevalier sire au cheval bai,
3070« Assés avez alei, trés bien le sai :
« Car me bailliés ces armes, si josterai :
« Cheste premi[e]re jouste pour vos ferai. »
Et Aiols reclama saint Nicolai :
« Si voirement, biau sire, ma creance ai,
3075« Les pucheles salvastes del vilain plait,
« Les .iii. clers sussitastes, por voir le sai,
« Donés moi aventure, desiré l’ai,
« Que secore mon pere qu’el bos laissai
« Et Avisse ma mere als cors verai
3080« Qui se pasma por moi quant desevrai.
« Cil borgois m’escarnisent, [trop] bien le sai,
« Por riche garn[i]ment que n’aportai ;
« Mais se Dieu(s) plaist de gloire u creance ai
« Ja ne veront passer le mois de mai
3085« [Que] teus m’escarnist ore dont me vengrai :
« Cil borgois me porsievent, esgardei l’ai. »

LXXVII[2]

Li robeor repairent tout lor esclos,
Voient l’enfant Aiol ques sieut au dos :
Belement les encauche tous les galos,
3090Ne se vaut pas aster, car trés bien sot
Qu’il feroit chevalier par son esfors :
« Signor, » che dit Nivars, « estés .i. poi :
« Cis borgois nous porsieut, si fait que faus :
« Avés l’escu veu qu’il a al col ?
3095« Jo avrai le ceval qui si vient tost

  1. — 3081 et 3086 Cis