Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ja m’en istroie fors premierement,
2340« Mon ceur essaucheroie et tout mon sens,
« Se j’estoie couars u fel u lens.
— Amis, » dist Ysabiaus, « ch’ert a tout tens,
« Quar Beruier nous vienent ichi sovent
« Et Sarrasin nous mainent molt malement :
2345« Panpelune nous tolent a ensient. »

LXII[1]

Che fust après le Pasque el mois d’esté
Que li quens de Boorges s’est porpensés.
Il a trestous ses homes a lui mandés,
.viixx. chevalier furent tout adoubé.
2350Beruier sont en Franche par nuit entré
El val de Suberie de sous Valcler :
La ont mis lor agait a rechelé ;
Tel .iiii. chevalier s’en sont torné
Qui le cembel en portent a le chité
2355U Aiols se pora ja esprover
Et son grant vaselage bien demoustrer.

LXIII[2]

(c)Des .iiii. robeors qui la iront
Par le mien ensiant sai bien les nons :
C’est Nivars et Aliaumes, Foucars, Sansons ;
2360Il orent cleres armes et [biax] poignons
Et boins destriers corans, fors et Gascons.
Il vienent a Orliens, passent le pont,
Et fierent en le bare tout a bandon,
Et crient lor enseinges a [molt] haut ton :
2365« U estes, Loeys li fieus Charlon ?
« Issiés vos ent cha fors, si vos veron :
« L’onor que conquist Charle[s] vos calengon.
« A tort portés corone, nous le dison ;
« Jamais de ceste guerre fin ne prendron
2370« Dessi que t’arons mort u en prison. »
Quant l’entent l’enpere[re], pesa l’en mout :

  1. — 2348 trestout
  2. — 2361 sors