Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Marcheans ne borgois, ne soit a mort jugiés,
Se il a bele feme bonis et vergogniés.
1825« Signor, » che dist li maistres, « je voi .i. chevalier
« Armé et fervesti sor .i. ronchi trotier.
« Ainc mais n’en vi [j]e nul si bien aparellié ;
« Cel boin ceval donrai a mon oste Gautier,
« Si en mera sa cendre al borc et al marchié. »
1830Et respondi li autres : « Molt par avés dit bien,
« Quar .i. l’en promesistes, bien a .i. mois entier.
— Il l’ara, » dist li leres, « ja trestorné nen iert. »
Atant evos Aiol qui les salue bien
De Dé(x) de sainte gloire qui la sus maint el ciel.
1835« Par mon cief, » dist li leres, « chou ne vos a mestier :
« Vos ne vostre salu ne pris jou .i. denier.
« Avec vos m’en irai en cel grant bos foilli[é],
« Donrai vos tel offrande dont n’eussiés mestier :
« Ja quant m’escaperés n’esterés chevalier[s]. »
1840Il saisi Marchegai par le resne a or mier
Que s[i] le vaut mener el parfont gaut ramier
Por lui tout despollier, onnir et vergongier.
Et quant le vit Aiol[s], si s’en est corechiés :
Ne pot a lui joster, trop s’estoit aprociés :
1845Contreval a la tere laissa cair l’espiel,
Il trait nue l’espee qui al costé li siet ;
Si feri le laron amont par mi le cief,
Dessi en la cervelle l’a fendu et froisié,
Et a estort son cop, si l’a jus trebuchié.
1850Li doi tornent en fuie, molt se sont esmaié
Par le grant caup qu’il virent del riche branc d’achier :
Ne l’atendissent plus pour tout l’or desosiel.
(f. 109)Mais Aiol[s] les escauche, si ataint le moien :
Tel cop li a doné de l’espee d’achier
1855Par des(o)us les espaule[s] li a caupé le cief.
Li tiers li escapa qui ens el bos se fiert
Qu’est espès el ramés, c’est dolor et pechiés.

    — 1823 Marcheant — 1824 vergondes — 1846 que