Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1720Vit le soir aprochier et le vespre acliner :
Dameldé reclama qu’il li doinst boin ostel.
Il cevaucha avant, n’est mie aseurés.
Devant lui el boscage a oi gent crier,
Et regarde sor destre, vit .i. balle levé
1725Et unes hautes portes et .i. parfont fossé :
Uns forestiers i maint qui bien est ostelés ;
Il ot a non Tieri, molt fu gentiex et ber :
Il avoit le foriest entor lui a garder.
Aiols vit le maison, molt s’est reconfortés :
1730Il a tiré son rene, cele part est tornés ;
Dessi a le maison ne s’est pas arestés.
Le forestier trova a un fu alumé :
Gentement le salue com ja oir porés.
« Damelde[x] vous saut, sire, » che dist Aiols li ber.
1735Li forestier[s] saut sus quant celui vit armé :
« Sire, cil vos garisse que ramentu avés !
« Avés vos de gent garde, que si estes armé ?
« Par ces forès antives si faitement alés ;
« Piecha je ne vic home qui si fust acemés.
1740— Je suis uns chevaliers, plus povre ne verés ;
« N’a pas encore .i. mois que je fui adobés :
« Si n’ai point d’escuier, che sachiés par verté,
« Par besoing porc mes armes, si com chi [le] veés :
« Je n’ai frabaut ne cofre u les puisse bouter,
1745(b)« Neis tant d’autre[s] dras u les puise celer,
« Ne je(s) les voil laisier n’en chastel n’en chité,
« Car tost m’aront mestier, tex me peut encontrer.
« Li rois de Franche a guerre, ce ai je oi conter :
« Le matin m’en irai vers Orliens la chité
1750« Veoir se la pooie saudees conquester.
« Anuit mais, s’il vos plaist, vo[s] requir vostre ostel
« Por amor Dameldé, se il vos vient a gré ;
«  Et je sui povres hom : grant amoine ferés.
— Sire, » che dist Teris, « volentiers et de grés.

    — 1745 bouter