Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1650« Et vo garniment font poi a proisier,
« Et vos cauches sont routes jusques as piés.
« J’ai encore un castel que j’ai molt chier :

« Il a a non Biaufors et en la Marche siet,
« Et si ai .iiii. fieus ; li doi sont chevalier,
1655« Se je la vos tenoie, par les sains desosiel,
« Je vous feroie anqui molt bien aparellier :
« Mais trop en somes lonc, tot che n’a chi mestier.
« Damedie[x] vos porvoie, li glorieus del ciel ;
« Li rois des autres rois si ait de vos pitié :
1660« Onques mais ne vi je si povre chevalier. »
Dont sospira Aiols li fiex Elie al viel,
Quant de sa povreté li a oi plaidier.

XL[1]

Aiol[s] li fiex Elie a del ceur souspiré,
Et dist al pelerin : « Je vous commanc a Dé :
1665« Bien m’avés aconté me ruiste poverté
« Et jou en ai mon ceur molt forment airé. »
Et dist li paumiers : « Sire, trop vos poés haster :
« Je voil a vos por che un petitet parler. »
Son escuier apele : « Biaus amis, cha venés :
1670« Aportés cele male et si le desfremés. »
Et cil (li) respondi : « Sire, si com vos commandés. »
Le male l’i corut esraument aporter ;
(d)A une clef d’argent le corut desfremer.
Unes cauches en trait, ja millors ne verrés,
1675De plus fine escarlate n’orés jamais parler,
Et uns chiers esperons a fin or noelé[s] :
Li paumiers les avoit aportés d’outre mer,
Devant le temple dome les avait acatés ;
Un marc de blanc argent en avoit fait peser
1680Pour l’ainé de ses fiex qu’il voloit adouber.
Or poés dire et croire, molt est li paumiers ber
Quant il les garnimens qu’il avoit acatés
Pour son enfant demaine cui les voloit doner,
Quant il voit l’estrainge home, se li a presenté.

  1. — 1668 v. por che] v. parler — 1683 quil les