Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que il n’avoit millor en .x. chités :
« Et tout chou qu’il me dist ai jou trové(s). »

XXI[1]

Aiols ot des larons les .ii. ochis :
Il escria as .iiii. : Rendés vos pris !
855« Del pendre u de l’ardoir ert mes plaisirs. »
Li laron respondirent : « Fel Dieu menti,
« Nos compaignons avés mors et ochis ;
« Vous le comperés chier ains l’esclarcir. »
Grans maçues avoient, bien l’ont requis :
860Aiol[s] leva l’escu desor son vis,
Et fiert .i. des larons qu’il consui
Que la teste li fist del bu partir.
Puis s’escrie : « Monjoie ! » par grant air,
« Fiex a putain, laron, tout estes pris ! »

XXII[2]

865Aiol[s] ot des larons les .iii. tués,
Il referi le quart par grant fierté(s)
Que la teste li fist del bu voler.
Li dui tout en fuiant s’en sont torné,
Et Aiols les encauche par grant fierté.
870S’en a l’un retenu, l’autre tué.
A l’abie revient tout le (cemin) feré,
Puis desloia les moines par [grant] bonté.
Hautement escria : « Cestui prendés,
« A le brance d’un caine si le pendés,
875« Car tout issi doit on laron mener. »
Et cil si fissent sempre sans demorer.
La commencha justiche Aiol[s] li ber ;
Puis le mainti[e]nt il bien tout son aé.
Huimais porés oir la verité
880Com il rendra sen pere son ireté,
(b)Car par grant traison en fu jetés.
La nuit i sejorna jusc’au jor cler :
Congiet a pris as moines, si s’est armés.

  1. — 856 dex menti — 859 Grant
  2. — 866 refiert