Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Il avoit .vi. larons en la contree :
Sovent les assailloi[en]t as ajornees ;
Ançois la mienuit laiens entrerent,
785Les moignes de laiens enkenbelerent,
Lor escrin et lor arces tous deffremerent,
Les livres et les dras tous en jeterent
Et trestout l’autre avoir qu’il i troverent,
Et de sor Marchegai trestout torserent ;
790Aiols dort d’autre part ; ne l[e] troverent.

XX[1]

Li laron ont les moine[s] enkenbelés
Et les serjans loiés et encombrés ;
Les escrins et les arces ont deffremés,
Les livres et les dras ont fors jetés,
795Et desor Marchegai trestous torsés.
Aiols en une cambre d’autre part ert :
La se dormoit li enfes qui mot ne set.
Celui n’ont li laron mie trové :
Signor, n’est pas mençoinge, c’est verité ;
800Cil cui Diex veut aidier il est trovés.
Aiols est esvelliés, vit le clarté,
Car li laron avoient fu alumé ;
Les sergans ont loiés et encombré[s] :
Si a veu les moines enkenbelés,
805Les escrins et les arces vit deffremés ;
Si en a son ceval veu mener :
Or ne demandés mie s’il fut irés ;
Dameldieu reclama de majesté :
(d)« Dame sainte Marie, or secourés :
810« Se mon ceval enmainent mal ai esré.
« Jamais en douche France ne quir entrer
« Ne ne rendrai mon pere ses iretés. »
Il sailli fors del lit, si est levés ;
Près estoit de ses armes, si s’est armés :
815Il a l’auberc vestu, l’elme fremé,

    — 782 .vii. l.

  1. — 795 trestout — 800 qui