Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations inactuelles, I.djvu/108

Cette page n’a pas encore été corrigée


vivent et écrivent à peu près tous les Allemands, aucun Allemand consciencieux, semble-t-il, n’y a encore réfléchi.

Nous trouvons, par exemple, l’exigence de placer de temps en temps dans la phrase une image ou une métaphore, mais cette métaphore doit être neuve. Or, moderne, pour le pauvre cerveau de l’écrivassier, est identique à neuf, et dès lors il se creuse la tête pour déduire ses métaphores de l’argot technique des chemins de fers, du télégraphe, de la machine à vapeur, de la bourse et il est plein de fierté à l’idée que ces images doivent être neuves parce qu’elles sont modernes. Dans sa profession de foi, Strauss paie aussi honnêtement son tribut à la métaphore moderne. Il épilogue avec la description, longue d’une page et demie, d’une rectification d’alignement ; quelques pages avant, il compare le monde à une machine, avec ses rouages, ses maillets, ses marteaux-pilons et son huile lénitive. — Ailleurs (p. 362) nous voyons « un repas qui commence avec du champagne ». — Ailleurs encore (page 325) : « Kant considéré comme établissement d’hydrothérapie. » — Mais citons quelques phrases : « La constitution fédérale de la Suisse est, par rapport à la constitution anglaise, ce qu’est un moulin à eau par rapport à une machine à vapeur, une valse ou une chanson, par rapport à une fugue ou une symphonie » (p. 265). — « À chaque appel il faut en passer par