Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ou bien est-ce la honte d’être deux qui te fait rougir ? — Me dis-tu de m’en aller et de me taire puisque maintenant — le jour vient ?

Le monde est profond — : et plus profond que le jour ne l’a jamais pensé. Il y a des choses qui ne doivent pas avoir la parole devant le jour. Mais le jour vient : séparons-nous donc !

Ô ciel au-dessus de moi, ciel pudique et ardent ! Ô bonheur avant le soleil levant ! Le jour vient : séparons-nous donc ! —

Ainsi parlait Zarathoustra !

*
*           *