Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je ne suis invulnérable qu’au talon. Tu y vis toujours, égale à toi-même, toi la patiente ! tu as toujours passé par toutes les tombes !

C’est en toi que vit ce qui ne s’est pas délivré pendant ma jeunesse, et vivante et jeune tu es assise là, pleine d’espoir, sur les jaunes décombres des tombeaux.

Oui, tu es encore pour moi la destructrice de tous les tombeaux : Salut à toi, ma volonté ! Et ce n’est que là où il y a des tombeaux, qu’il y a résurrection. —

Ainsi parlait Zarathoustra.

*
*           *