Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Hélas ! et maintenant tu rouvris les yeux, ô vie bien-aimée ! Et il me semblait que je retombais dans l’abîme insondable. —

Ainsi chantait Zarathoustra. Mais lorsque la danse fut finie, les jeunes filles s’étant éloignées, il devint triste.

« Le soleil est caché depuis longtemps, dit-il enfin ; la prairie est humide, un souffle frais vient des forêts.

Il y a quelque chose d’inconnu autour de moi qui regarde, pensif. Comment ! tu vis encore, Zarathoustra ?

Pourquoi ? À quoi bon ? De quoi ? Où vas-tu ? Où ? Comment ? N’est-ce pas folie de vivre encore ? —

Hélas, mes amis, c’est le soir qui s’interroge en moi. Pardonnez-moi ma tristesse !

Le soir est venu : pardonnez-moi que le soir soit venu ! »

Ainsi parlait Zarathoustra.

*
*           *