Page:Nichault - Souvenirs d une vieille femme.pdf/114

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mais il fallait fournir trois cent mille francs à la société pour effectuer l’association, et Isidore n’avait pas assez de crédit pour se les procurer.

— C’est dommage, dit madame Vandermont, car, avec un caractère si honorable, et la capacité qui vous distingue, vous feriez une fortune rapide, je n’en doute pas.

— À quoi bon ? reprit Isidore en soupirant.

— Ah ! mon cher ami, ne soyez pas si dédaigneux de la fortune, si vous saviez tout ce qu’on peut lui devoir !…

En cet instant, le cheval que montait Angéline, se cabra et menaça de la jeter par terre. Isidore courut vers elle, et fut bien étonné de la voir sourire de l’effroi qui l’avait attiré.

— Qu’est-ce donc qui rendait ce cheval si rétif, demanda-t-il ?

— Moi, reprit Angéline, je l’ai tant taquiné, qu’à la fin il s’est révolté, sans cela vous ne m’auriez pas dit un mot de la journée.

— C’est possible.

— Il faut donc un danger, une scène de mélodrame pour s’attirer votre attention ?

— Non, il faut tout simplement que je me croie utile.