Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/531

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
157
QUEL POT-POURRI !

Le marquis, quoique l’homme du monde qui a le plus de savoir-vivre, ne peut s’empêcher de hausser les épaules.

Dardamour. — Si bien, monsieur Limefort, que selon vous nous ne sommes pas si près qu’on le disait de la bienheureuse contre-révolution ?

Le Marquis. — Je crains fort qu’on ne fasse précisément tout ce qu’il faut pour la rendre impossible. Des gens dont la mission est tout au moins problématique sont en outre divisés entre eux, appellent chien et chat au secours, et pour leur compte, en attendant, bayent aux corneilles. À quoi voulez-vous que cela mène ? Je les crois trompés de loin, ajoutant à leurs illusions et jetant sciemment de la poussière aux yeux d’une multitude dont la plupart sont pleins d’honneur, mais qui, malheureusement, sont d’une déplorable ignorance en fait d’intérêt général, si quelques rusés d’entre eux sont d’un pernicieux raffinement en fait d’intérêt particulier.

Le Prélat. — Pas si bêtes ceux-ci, pas si bêtes !…

Le Marquis. — Voilà qui est bien rai-

  III.
14