Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/347

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
165
JEAN S’EN ALLA…


répond l’expirante baronne, lui donnant un profond et brûlant baiser… (Ils se lèvent et s’en vont.)

Mais c’est Tireneuf dont il faut bien un peu rire : qu’il avait bonne grâce à garder là-bas un cabinet !