Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/319

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
137
LA PIÈCE CURIEUSE.


dame de Troubouillant. — Finir ! riposta très-piqué le pétulant flandrin, oui, peut-être, quand avant de sortir d’ici je l’aurai mis à mesdames Durut, Fringante et Célestine ! — Holà ! holà ! — Qu’on ne se fâche pas ou, ventrebleu ! j’y fais passer aussi Zoé, Belamour et toute la mitraille du service ! „ À cette folle menace, madame Durut fit un saut en arrière et se signa.

C’est après s’être ainsi tour à tour occupé d’affaires sérieuses et de gaietés que le quadrille, qui avait fixé le septième exploit au moment de la quarantième minute, fut averti de cet instant par madame Durut, à haute et intelligible voix. Aussitôt toutes ces dames furent abattues, la musique faisant le diable, et tous et chacun des acteurs ne voulant pas avoir l’air de jouer du reste. Dieux ! quelle ardeur ! quels coups de culs ! quels cliquetis de baisers, de sanglots, de cris et d’éloges ! quel abandon ! quel avant-goût de triomphe, même avant d’avoir consommé ! Il n’y avait que la baronne, avec son Limefort, qui s’ébattissent paisiblement ; tous les autres avaient fini ; tout était vérifié ; seul, le cruel couple (comme

12