Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au délà du neuvième hommage. Cependant elle convenait qu’il n’est pas possible de faire mieux les choses, ni d’avoir plus d’adresse, de légèreté, une plus belle peau, une respiration plus pure… en un mot : on ne se repentait point d’avoir fait cette intéressante acquisition. Quant au chant, le beau jeune homme y était habile, à la vérité, mais la voix n’avait rien de merveilleux ; sans doute le régime auquel le mettaient les femmes qui ressemblent à Madame de la Grapinière, n’est pas ce qu’il y a de plus propre à conserver une belle voix.

Depuis que la Grapinière était en aussi grande faveur auprès de son épouse, il mourait d’envie qu’un échange de portrait entre eux se fit. L’occasion était belle : le projet étant de retenir chés eux pour tout le reste de la saison ces virtuoses ambulans, Laura n’aurait elle pas le tems de faire les deux bustes !

Mais, nous avons déjà dit ailleurs que Madame ne voulait nullement du portrait de Monsieur. Elle ne voulait pas plus se gêner pour qu’il l’eut en peinture. A travers la contestation que causait cette resistance, Laura, qui n’aimait à peindre que l’histoire, proposa de réunir les deux époux dans un seul sujet, à leur choix :

… Nous n’avons pas voulu dire plutôt, que, dans un moment de tête à tête, le beau Cazzoné, par ordre de Mde. de la Grapinière, avait eu pour le mari de très grandes complaisances : mais, il est impossible de garder plus long tems le tacet à ce sujet, puisque cette circonstance devient l’un des points les plus essentiels pour l’intelligence de notre 3e. planche. Bref : Monsieur désirait le portrait du beau chanteur ; Madame avait la même envie. L’academicienne brûlait de faire à loisir un morçeau d’étude en grand. Elle ôsa proposer de réunir, dans un seul tableau, deux bienfaiteurs adorés et l’objet commun de leur amour, comblé de bonheur en même tems qu’il leur exprime, par toute la force de ses moyens, l’étendue sans bornes de sa reconnaissance… ce projet est gouté ; le génie de l’artiste s’échauffe… c’est elle même qui pense et exécute la première pose.