Page:Nadaud - Chansons, 1870.djvu/161

Cette page n’a pas encore été corrigée



Tous déguisés, ventrus ou démocrates,
Dissimulaient leurs voix et leurs talents ;
À droite étaient des diables écarlates ;
Sur la montagne erraient des pierrots blancs.

Et cependant le costume et le masque
Allaient si bien à chaque mannequin,
Qu’on ne voyait, dans la troupe fantasque,
Pas un paillasse et pas un arlequin.

L’archet en main, siégeait sur une table
Dupin-Musard, Dupin-Paganini,
Dupin poli, Dupin méconnaissable,
Dupin ganté, brossé, frisé, verni.

Thiers en chicard s’élançait à la danse ;
Gargantua sorti de son étui,
Il était grand, grâce à l’impertinence
De son plumet trois fois plus haut que lui.

Un autre avait les traits d’Alcibiade :
C’était Crémieux… Près de lui, frais tondu,
Oubliant tout, ses mœurs et sa triade,
Pierre Leroux sautait comme un pendu.

Dans un fauteuil était un petit père,
Maigre et chétif, avec un habit vert ;
Je reconnus le masque de Voltaire :
Le croirait-on ?… C’était Montalembert.

Il s’écriait : « Le pape n’est qu’un homme !… »
Il foudroyait les jésuites surpris :
Et je voyais les citoyens de Rome
Trembler devant le Romain de Paris.