Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


80 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Il cligna des yeux pour distinguer quelque chose à travers la nuit de la boutique. La porte de la salle à man- ger devait se découper là-dedans comme un rectangle lumineux.

Le voyou regarda, avec circonspection. Puis il éclata de rire.

— " Ho ! les cochons sont au fond, dans leur turne ! Il n'y a qu'à y foutre le feu. On les aura comme on vou- dra ! "

La voix retentissait dans la pièce même, étrangement proche. Le regard du drôle s'alluma sur un guidon de bicyclette qui mettait un reflet de nickel dans le maga- sin. Il reprit avec fureur :

— r " Faut y foutre le feu ! On aura les Youpins et les machines qu'ils ont volées ! "

Les vociférations se levèrent derechef en rafale.

— " Faut y foutre le feu ! Faut faire griller les tripes aux Youtres ! On reprendra les machines. "

Le visage du voyou dansa devant l'imposte. Son échelle vivante devait bouger. Il hurla :

— " Gare donc, là-dessous, hé, tas de merdeux !

Il perdit l'équilibre, se raccrocha machinalement aux restes de vitre qui tenaient après le cadre, se coupa, poussa un juron et disparut, à la façon d'un polichinelle de guignol.

Lévy se tourna vers sa femme.

— " C'est le garçon de chez Chartier. Tu as vu ? " Et il sourit faiblement.

Les coups de cannes, les sifflets à roulettes, le bélier,

�� �