Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


PROLOGUE 7^5

PIERRE DE CRAON. — ... J'ai reconnu à mon flanc le mal affreux.

VIOLAINE. — Le mal, dites-vous ? Quel mal ?

PIERRE DE CRAON. — ■ La lèpre même dont il est parlé au livre de Moïse.

VIOLAINE. — Qu'est-ce que la lèpre ?

PIERRE DE CRAON. — Ne vous a-t-on jamais parlé de cette femme autrefois qui vivait seule dans les roches du Géyn

Toute voilée du haut en bas et qui avait une cliquette à la main ?

VIOLAINE. — C'est ce mal-là, maître Pierre?

PIERRE DE CRAON. — Il est de nature telle Que celui qui l'a conçu dans toute sa malice Doit être mis à part aussitôt. Car il n'est homme vivant si peu gâté que la lèpre ne puisse y prendre.

VIOLAINE. — Comment donc restez-vous parmi nous en liberté ?

PIERRE DE CRAON. — L'Evêque me l'a dispensé, et vous voyez que je suis rare et peu fréquent, y

�� �