Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


74^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Les hommes se laissent gouverner plutôt par les apparences que par les réalités ; vis-à-vis de l'opinion mieux vaudrait être réellement dur et brusque avec l'apparence de la douceur et de la souplesse que le contraire.

{Lettre CCXXI — 6 mai 1751).

Que vous dit Madame du Pin ? L'on m'assure qu'elle est encore belle ; je sais qu'elle l'était, il y a quelques années. Elle a de l'esprit, de la lecture, des manières, de la délicatesse ; un pareil arrange- ment serait à votre honneur et à votre avantage. Elle s'attendra à trouver en vous tout le savoir- vivre, toute la délicatesse qu'elle vous portera, et comme elle a passé l'éclat de la jeunesse elle écou- tera peut-être de bon gré votre histoire si vous la lui dites bien. Pour un attachement, je la préfère- rais à la petite Blot. Mais pour une pure galanterie je donnerais la préférence à la dernière. Tout cela peut se concilier et Vune n'empêche pas F autre. {Lettre CCXXIII — 16 mai ijs^)-

Qu'entendez-vous par votre ** Si j'osais " ? Qu'est-ce qui vous empêche d'oser ? On ose tou- jours quand il y a espérance de succès et l'on ne perd rien à oser quand même il n'y en a pas. Un honnête homme sait oser, et quand il faut oser, il ouvre la tranchée par des travaux, des soins, des attentions ; s'il n'en est pas délogé d'abord, il

�� �