Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


6^6 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et notre chanson eut dix et vingt échos

Et la ronde éclata d'être trop dilatée

Et courut par lambeaux aux fenêtres ouvertes

Pour chanter la chanson de la grande nouvelle

Avec toute la rue^ avec toute la ville.

Et à toute la Terre.

��Le plus beau dans ce rêve-là

C^est quen parcourant tous les continents

C^est quen traversant des hameaux perdus

Sur chaque rivage de chaque Océan,

Nous n^ aurions pas pu trouver un seul homme

Qui ne fût grandi de joie et de chant

Pour la même cause que nous-mêmes.

Le plus beau, vois-tu, c'est quil aurait suffi

D^ aller sur un coteau dans la campagne

Et de regarder au loin un village

Enfoui dans ses blés et dans la lumi'ère

Pour bien percevoir, émanant de lui

La grande nouvelle.

Comme une rumeur et une fumée.

Le plus beau, vois-tu, c'est que rien ne pouvait Soustraire personne à la communion. Tous les autres bonheurs et les plus grandes peines Que l'on porte tout seul ou que l'on porte à deux Auraient été défaits par la grande nouvelle Comme sont les ruisseaux en pays submergé.

�� �