Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


624 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

apporta sans doute aux écrivains de la génération qui nous précéda leurs émotions les plus fortes ; les dirons-nous mau- vais Français parce que cette année d'angoisse n'a pas su leur inspirer leurs meilleurs poèmes ? C'est un malheur que de naître avec une âme tendre et mélancolique, dans un siècle où l'on a besoin d'hommes rudes. Mais faut-il mépriser le violon parce qu'il ne peut s'unir à la trompette et soutenir l'enthousiasme des armées en marche ?

Et qui peut savoir si cette courtoisie et cette préciosité ne s'emploient pas précisément à cacher une sensibilité plus meurtrie, plus souffrante qu'on ne veut le croire ?

Plus penser que dire Me convient souvent, Sans monstrer comment N'a quoi mon cœur tire.

F oignant de soubzrire Quant suis tresdolent, Plus penser que dire Me convient souvent

Et toussant, soupire Pour secrètement Musser mon tourment. C'est privé martire. Plus penser que dire.

J. S.

• « •

LA GUERRE DE FRANCE ET LE PREMIER SIÈGE DE PARIS (Cahiers de la Quinzaine).

Le cahier des Milliet consacré à la guerre du Mexique nous avait apporté des documents du plus grand intérêt sur l'atti- tude de Bazaine avant 70. Quant au volume La Guerre de France et le premier Siège de Paris, il est émouvant d'un bout à l'autre. Ce n'est pas une histoire de la guerre ; c'est le journal d'une famille pendant la guerre, c'est ce qu'une famille a vu, la part qu'elle a prise aux événements, le contre-coup qu'elle

�� �