Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 499

Legrand sur L'Art d après Ernest Hello. Du chapitre consacré à " la critique " nous extrayons ces lignes :

HeUo commence par mettre en valeur l'importance et la dignité de la critique.

Son importance et sa dignité apparaissent dans toute leur splendeur si l'on réfléchit à cette phrase écrite par Hello : " La critique est la conscience de l'Art. "

La critique, c'est donc l'intelligence et le jugement des oeuvres d'art.

Sans la critique, l'artiste ne se connut pas pleinement lui- même, il n'a pas une idée exacte de sa force, de sa faiblesse, de ses qualités, de ses défauts. Sans la critique, le public ne se rend compte ni de la valeur réelle des diverses œuvres et des diverses écoles, ni de leur genèse, de leur enchaînement, de leur influence. Sans la critique, l'artiste et le public risquent de s'égarer dans l'illusion de leur fantaisie.

La critique n'est donc pas cette hargneuse et rébarbative figure sous les traits de laquelle le peintre Wiertz la représen- tait ou plutôt la caricaturait.

Mais, en fait, les critiques s'inspirent-ils toujours de cet idéal de la critique ? Hélas ! non. Hello le constate et l'avoue.

" La critique telle qu'on la pratique habituellement, dit-il, est une bavarde lâche et complaisante, qui ne sait parler, ni ne le peut, ni ne l'ose. "

��De la Semaine Littéraire (i6 Septembre) :

" Heureux les petits Anglais ! Ils ont entre les mains, pour la rentrée des classes, un manuel rédigé tout exprès à leur intention, non point par quelque pion appliqué, mais par l'un des premiers écrivains de leur pays, par le poète Rudyard Kipling. Et le grand écrivain impérialiste, qui est le plus chaud des patriotes, a su se mettre admirablement à la portée des écoliers en leur contant les fastes de leur race au cours d'une longue et belle histoire.

Le livre a pour titre : A School History of England, par

�� �