Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


488 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

muniquer aux journaux son programme pour la saison 191 1- 1912, M. Antoine fait, tout d'abord, cette déclaration récon- fortante : Je reste persuadé, dit-il, de la mission particulière de rOdéon et que le succès matériel ne peut y être, comme ailleurs, exclusivement envisagé. "

En outre de ses " représentations courantes " parmi lesquel- les prendra place l'Hélène de Sparte d'Emile Verhaeren, rOdéon donnera des Matinées-Conférences classiques et, ce qui est un élément nouveau de son programme, des Matinées- Conférences modernes. Au sujet de ces dernières, M. Antoine écrit :

" Comme complément, devenu nécessaire, des deux séries classiques, nous créons, cette année, une troisième section de jeudis consacrée spécialement à l'étude de notre répertoire moderne dans ses manifestations les plus significatives. L'œuvre dramatique de Balzac, Daudet, Zola, Goncourt, Mau- passant et Henry Becque sera commentée avant la représen- tation de l'une de leurs pièces. Les deux grandes sources étrangères contemporaines, Tolstoï et Ibsen, seront analysées avec la Puissance des Ténèbres et Les Revenants. Enfin, le mou- vement théâtral poétique et historique du siècle dernier sera représenté par la Reine Margot, de Dumas père, Le Chandelier, de Musset, Chatterton, de Vigny, et la délicieuse Florise, de Banville. "

Et voici la passage relatif aux " Représentations spéciales d'œuvres inédites " :

" Mais ces préoccupations pédagogiques ne constituent, à notre avis, que l'un des points de la tâche du directeur de rOdéon ; il importe aussi de ne pas oubher qu'une tradition certaine désigne ce théâtre comme la scène d'essais des générations littéraires nouvelles. Nous avions, du reste, vous le savez déjà, institué, dès l'an dernier, les représentations iné- dites du samedi.

" Une organisation de propagande théâtrale qui jouerait, pour la jeune production actuelle, le rôle, aujourd'hui reconnu universellement si heureux, de l'ancien Théâtre Libre s'imposait à la conscience de l'ancien créateur de cette scène, devenu

�� �