Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


480 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Par leur développement les images arrivent à montrer toute leur justesse, que leur repliement dissimulait. Celles mêmes qui, contractées, pouvaient paraître arbitraires ou simplement pit- toresques, maintenant qu'elles se déroulent, prennent une presque effroyable vérité. Nous les reconnaissons, nous voyons soudain tout ce qu'elles portaient, nous sentons, le cœur bat- tant, la profondeur de leur appropriation.

��On peut reconnaître la beauté d'une œuvre à l'impossibilité

Criant d'une voix épouvantable cheval que les dogues tiennent et traînant çà et là, sa prison aux oreilles, vivante avec les reins! Criant d'une voix épouvantable

Et enfin, comme il ne pouvait et traînant çà et là sa prison bouger, un misérable vivante avec les reins !

Lâche ! Un qui, tenant son épée à

— Qu'il soit écrasé sous une deux mains, pierre comme le crapaud Satan ! Cherchait le défaut de l'ar-

qu'il soit mangé de baisers par mure, comme un cuisinier qui Judas au fond de l'enfer ! — ouvre un crabe avec la pointe de

S'approcha de lui en grelottant son couteau, et lui força l'armure avec la (p. 298-99).

pointe de son épée. (p. 186-87).

" Traînant çà et là sa prison vivante avec les reins " a produit : " comme un cheval que les dogues tiennent aux oreilles ", qui peut- être n'est pas plus saissisant que : " comme un cheval qu'on hisse dans les palans d'un navire ", mais qui permet à l'imagination d'embrasser d'un seul coup l'ensemble de la métaphore et par là lui rend celle-ci plus sensible, plus fortement présente.

Dans la seconde partie du passage nous trouvons un exemple de la suppression de plusieurs vers par l'éploiement d'une image essentielle, d'abord cachée dans un coin. Au sein de la proposition : " et lui força l'armure, avec la pointe de son épée ", une phrase entière a germé et, comme une herbe disjoint la terre où elle pousse, a dispersé.les mots dont elle est issue (épée — l'armtire, — avec la pointe). Cet épanouissement de l'image l'a rendue si frap- pante que tout ce qui la précédait du même coup soudain s'est trouvé inutile.

�� �