Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


396 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Enfonce dans mon cœur le fer jusqu'à la garde !

Invente ce qui sans toi serait doux jusqu'à être pervers !

Oui, que le démon même

Me traîne par les fondrières de la faute !

Le bien que j'ai, que toute la Terre contre lui

Se combine avec le Ciel et l'Enfer !

Cette touche qui te fit mieux, qui la peut annuler ?

Ah ne dis point encore adieu ! "

" Voici la note du merle, glas de la Nuit !

Envisage la pénitence que tu braves ".

" Maudite quand elle est là, l'amère chose que nous avons demandée !

Tu me laisses ainsi, telle qu'une lune à l'aurore,

Un petit monde vacant, par l'air, tout seul.

C'est bien. Fais ce que tu veux.

Quand la nuit vient, mes ténèbres seront satis- faites.

Comme la coupe, que l'enfant dans le sable enfonce.

S'emplit et devient portion de la mer.

Va où tu veux ! Va-t-en, reviens ! Divin Amant,

Je sais fort bien que tu es tout à moi avec jalousie.

Ce baiser-ci

Est un secret où aucun autre n'a part.

�� �