Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



Voyage.


Cette voiture est si petite
Que je ne peux me déplacer
Sans que mon coude heurte un coude,
Le tien, homme de cette voiture !

Homme, te voici, pour une heure,
Pour cette heure que nous vivons.
Le député du vaste monde ;
Et je ne te connaissais pas.

Tu es, en ce moment, celui.
Mêlant ta chaleur à la mienne.
Celui qui est tout près de moi.
Tu es mon prochain dans l'espace.

Sorti d’entre les figurants
Te voici donc, o compagnon !
La foule demeure à distance.
Nous sommes absolument seuls.

Quand il t’arrive de parler
Tu dis les mots de mon langage,
— Mais je ne te connaissais pas
Et je dois bientôt t'oublier.

Tu me dis que, prochainement,
…Tu devras te vêtir de laine