Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 239

Du silence du grand jour. Bruit du jour, fais ta prière. L'heure passe lente et claire Sur la place somnolente. Sous le ciel d'hiver tremblant,

Comme la vie fait souÉErir Sans reproche, sans mot dire, Pour un rien, pour le plaisir.

Quelle jolie musique sentimentale ? vraiment, elle n'a rien

perdu de sa qualité, après quinze ans ! Des proses plus

récentes, — on en put lire quelques-unes ici même — sauront

lui faire écho, dans un registre plus mâle et plus grave, aux

pages du nouveau livre de M. Fargue que nous souhaitons

prochain.

H. G.

DE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME, par

Paul Signac (Floury).

Voici longtemps que l'étude de M. Paul Signac est épuisée et introuvable. Il a bien fait de la rééditer, car elle garde, après douze ans, une fermeté et une justesse d'accent que conser\'ent malaisément des manifestes de combat. Un ton un peu sec et autoritaire, une exposition didactique par para- graphes numérotés, une argumentation toute intellectuelle, presque sans appel à la sensibilité, tout contribuait à préserver ce petit livre des exagérations et des entraînements qui l'eussent réduit à n'être qu'une brochure de circonstance. Ce qui n'est plus tout à fait au point dans cette polémique en faveur du néo-impressionnisme et de la 'division : systématique des touches, ce n'en sont pas les arguments, mais bien l'im- portance des adversaires qu'ils prétendent combattre. " Il faut plus qu'un quart de siècle pour qu'une évolution d'art soit admise, dit M. Paul Signac. Delacroix lutte de 1830 à 1863 ; Jongkind et les impressionnistes, de 1860 à 1890. Vers

6

�� �