Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


L ODE A LA FRANCE DE GEORGE MEREDITH

��193

��la cause de Phumanitéy et ses serviteurs.

Si la France pouvait accepter les fables de ses prêtres^

qui bénissaient ses drapeaux pour ce massacre sauvage,

et maintenant lui offrent V espoir d^une intercession du

Ciel qui violerait ses propres lois pour panser la blessure ouverte, peut-être trouverait-elle à se consoler dans cet opium : mais elle. Mère de la Raison, peut-elle tricher la Destinée ? Ira-t-elle, elle. Champion de Pesprit libre, le plus haut don du Tout-Puissant, — le don de Vie, — consentir pour une seule nuit à être aveugle, à plonger son âme dans une trompeuse somnolence, au prix de récompenses terrestres ou célestes, au risque de déserter son poste à la tête de Inhumanité ? La Mère des Rires pourrait évoquer une pauvre ombre de

rire, à la lumière de son éternel flambeau, pour stigmatiser tous les mensonges oti le monde met sa foi : quels stupides pantins qui dansent au bout des fils, retenus par r opinion, nous sommes, en vérité, priant pour une intervention, une aide immédiate, quand toute cette tragique histoire est celle d^un glaive

brisé ! Elle a brandi le glaive pendant des siècles; en un seul

jour il a glissé de ses mains, comme un fleuve coupé de sa

source. Elle crispa sa faible main, — essaya de prier, — cria à la

trahison, en vint aux hurlements de l'ivresse et du délire, rêvant que la

Force

�� �