Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


lyS LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

sachant combien un baiser de votre fils vous fait besoin !

Même vous seriez contente à moins, — que je veuille seulement n'avoir pas l'air si loin.

En silence, et m'ofFrant un sourire quand je vous regarde — ainsi qu'on s'arrête un peu, ainsi qu'on se tient auprès d'u» malade !

Ma mère, enfin ne soyez point auprès de moi, à cette heure où vous voyez comme je suis étendu là de mon long : comme je gis, lourd et vain.

" L'ennui ", et que vous dire de plus !

Laissez-moi être seul et enfermé ici, toutes por- tes closes : séparé.

J'entends son soupir, tandis qu'elle se retire.

Jours où je ne sais rien aimer — et faut-il que ce soit de ma faute !

Je porte contre moi-même une accusation morose.

��J'admire avec quelle perfection vous habitez, quels occupants vous savez être : sédentaires satis- faits, ô Jouisseurs raisonnables ! vous autres ici, dans votre vieux monde confortable, aménagé.

J'y occupe, moi aussi, ma place, entre celui-ci et celui-là ; je le dois.

Mais se peut-il qu'elle ait jamais été de mon goût, de mon choix !

�� �