Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 897

plus de bon sens reléguer à leur place les querelles d'école. Non que l'auteur les considère comme stériles, mais il est sait qu'elles n'ont qu'un intérêt éphémère ; seules les œuvres durent. " Il y a vingt-cinq ans, les historiens les plus perspi- caces signalaient, parmi les causes intellectuelles de la Révo- lution française, l'influence du cartésianisme et de l'esprit classique. De nos jours quand ou n'aime ni la Révolution ni le romantisme, on se persuade volontiers, pour les mieux con- damner ensemble, qu'ils sont deux formes de la même ten- dance. " Le plus souvent, dit encore M. Paul Jamot, une théorie est inventée par des commentateurs pour expliquer logiquement l'œuvre du génie. C'est la codification d'un tem- pérament personnel, c'est-à-dire de ce qui est le moins suscep- tible d'être transformé en loi générale. " Et il conclut : A qui en ont maintenant les ennemis du romantisme ? Contre quel fantôme s'acharnent-ils, ou plutôt contre quel tombeau décoré de justes offrandes ?... L'arbre d'Apollon ne meurt pas et offre à tous les siècles des feuillages toujours verts.Quiconque mérite des couronnes n"a qui faire de dépouiller le front des héros. "

Mais pourquoi cette même revue nous invite-t-elle à nous joindre à TŒuvre de Défense Française qui a pour but l'abro- gation de la loi de 1889 sur la naturalisation. Singulière ligue ! Tandis que les pangermanistes nomment Allemagne la moitié de la Suisse et de la Belgique, l'Autriche, le Luxembourg, la Hollande, notre nationalisme irait séparer de nous par un rem- part l'Alsace, la Suisse française, les provinces wallones! Espé- rons du moins que cette association ne comprend pas de céhbataires et qu'il est interdit d'en faire partie si l'on n'a pas fondé famille de quatre ou cinq enfants, Avec quel plaisir on lit au contraire la page de Prévost-Paradol que cite M. d'Haus- sonville dans la Revue Hebdomadaire :

" Il n'y a pas deux façons de concevoir les destinées futures de la France. Ou bien nous resterons ce que nous sommes, nous consumant sur place dans une agition intermittente et impuissante, au miUeu de la rapide transformation des pays qui nous entourent, et nous tomberons dans une honteuse insignifiance sur ce globe occupé par la postérité de nos

�� �