Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 887

��Puis les autres, bientôt fleurirent autour d'elle. Les nias, mauves, blancs, mêlèrent leurs couleurs. Et tout l'air fut chargé d'une suave odeur.

��J. S.

��LA VOLONTÉ DE METAMORPHOSE par M. Joseph Baruzi (Bernard Grasset).

Le " bergsonisme " a tant d'attrait pour les poètes, que M. Baruzi, en qui je distingue un bel écrivain Ijrrique de la lignée de Barres, en est devenu philosophe. Le vertige du subconscient, ne pouvait inspirer livre plus remarquable que la Volonté de Métamorphose, tant par son originalité substantielle que par la saveur de sa forme. On sent que la matière en a été longuement choisie et triée, triturée, digérée — réduite enfin à sa beauté essentielle, de sorte qu'elle n'eût plus qu'à s'expri- mer pour nous convaincre. Chacune des trois parties de la thèse, marque une étape décisive dans la recherche des limites de l'être, entreprise par M. Baruzi ; chacune forme un tout, contient en germe la suivante, mais si secrètement que notre étonnement demeure entier devant la découverte et que voici satisfaits à la fois, notre besoin de logique et notre soif de fantaisie.

Suivrai-je M. Baruzi dans une si aventureuse démarche ? Comment résumerai-je en une page ce que les deux cents pages du livre ont du mal à contenir ? — Détresse de l'homme vieillissant qui assiste à la " décadence des songes " dont sa jeunesse s'est nourrie, dont se coloraient toutes ses pensées et toutes ses émotions ; le voilà en train de mourir de la mort de son être vrai, sa subconscience. Tel est le thème de la première partie. — Ah ! " se glisser jusqu'à la force étrange qui gît en nous, en sonder les refuges oscillants, l'opulence indéterminée, les promesses interdites ", la ranimer ! Si uu expédient tel que l'opium permet ce miracle, pourquoi l'effort constant d'une " volonté de métamorphose " ne mène- rait-il pas au même but ? — " une volonté de se créer et aussi

�� �