Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


830 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

XVII

" Quand vous aurez fini de me coiffer^ y aurai fini de vous haïr

V enfant veut qu'on le peigne sur le pas de la porte.

" Ne tirez pas ainsi sur mes cheveux. C'est déjà bien assez qu'il faille qu'on me touche. Quand vous m'aurez coiffé^ je vous aurai haïe."

Cependant la sagesse du jour prend forme d'un bel arbre

et l'arbre balancé

qui perd une pincée d'oiseaux^

aux lagunes du ciel écaille un vert si beau qu'il n'y a de plus vert que la punaise d'eau.

" Ne tirez pas si loin sur mes cheveux...'^

�� �