Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHATEAUBRIAND ET l'aCADÉMIE EN 181I 805

Lucien Bonaparte, et à tous, le siège qu'avait inauguré Boisrobert, et sur lequel avaient passé Segrais, Campistron, Destouches, Boissy, Sainte- Palaye, Chamfort, Marie-Joseph Chénier. Une telle énumération appelle la suite dans le futur : à Chateaubriand y succédèrent le duc de Noailles, Edouard Hervé, Paul Deschanel... Ce tas de noms propres dans un paragraphe est évocateur de mille souvenirs un peu confus qui sont agréables pour les amateurs.

Ces amateurs-là seraient sans doute indifférents si on leur offi-ait, comme en pareil cas on ne manquerait pas de le faire aujourd'hui, un dessin figurant le cheval de Chateaubriand. Mais ils le seront moins si l'on met sous leurs yeux cette phrase de Stendhal : Chateaubriand " est un petit homme maigre qui a la moitié de la tête de moins que moi ". Reste à connaître la taille de Stendhal qui prit soin de dire aussi de Byron qu' " il n'était point grand ". Les vrais amateurs regretteront surtout que Chateaubriand ne nous ait point transmis le récit de ses visites et qu'il s'en soit tenu à l'échantillon qu'il nous en laissa dans les Mémoires d'Outre-Tombe : " Madame de Vintimille me conduisit chez l'abbé Morellet. Nous le trou- vâmes assis dans un fauteuil devant son feu ; il s'était endormi, et V Itinéraire qu'il lisait lui était tombé des mains. Réveillé en sursaut au bruit de mon nom annoncé par son domestique il releva la

�� �