Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


DÉCOUVERTES 795

dinaire véhicule avançait, non pas sur des roues mais sur de gros clous enfoncés à demi dans la terre, l'enfant suivait de plus près avec un désir.

Or il arriva que les chevaux qui avaient été très sages jusque-là, ne s'appliquèrent plus à suivre chacun leur sillon pour herser droit et essayèrent de jouer à se mordre. Le cultivateur, puis le petit enfant les menacèrent de la voix, mais rien n'y fit. Alors l'homme courut et les arrêta d'un coup de gourdin sur les naseaux et ils levèrent la tête par grandes saccades avec cette mine comique des chevaux qu'on gronde. Puis il les remit dans leurs sillons, mena l'un d'eux par la bride et s'appliqua lui-même à marcher droit.

Seul près de la herse, l'enfant suivit pendant quelques pas ; puis il n'y tint plus, sauta comme un jeune chat sur les traverses de bois et s'y accroupit.

Ce n'était pas un roulement ni un glissement ; ce n'était pas non plus comme lorsque la charrette, quittant la route, entre dans un champ de luzerne, ou bien descend une pente de gazon avec sa roue enchaînée.

C'était quelque chose d'inconnu et de merveil- leux. Tout empêchait la herse d'avancer sur la terre, elle-même s'y accrochait de tous ses ongles ; elle avançait quand même, l'enfant la sentait avan- cer sous lui à cause d'une force volontaire, impla- cable, qui contrariait la nature des choses. Il était

2

�� �