Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


yso la nouvelle revue française

Mnécédice.

Ouiy c'est le rire indécis et farouche

De quelque matinée.

Le jeune printemps sur PHymette

S'est retourné, une fleur à la bouche

En crainte de rhiver

Attardé sur la cime du Pinde

Et dont la robe blanche

Traîne encore jusqu au Pentélique.

Je rêve à la corolle chargée de rosée

Dans l'aube d'avril, alors qu'un oiseau chante.

Elle sent déjà sur elle se poser

Le lourd baiser du soleil jeune qui donne froid :

La voici frémissante de désir et de joie

D'être sa proie.

Et plus loin, sur l'évolution du chœur :

L'amour est désir, Mnécédicé,

Grain semé, fleur d'avril ;

Si l'amour possédait, Mnécédicé

Que désirerait-il ?

Il désire et n'a pas, Mnécédicé ma prude

L'amour espère et craint :

Il est incertitude ;

Il doit craindre de perdre

Ce qu'il croit posséder une heure

Sinon il n'est plus le désir,

Mnécédicé, ma fleur.

�� �