Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


726 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

leraient bien... Vantard ! Il n'y a que cette pauvre bou- gresse qui soit assez innocente pour te croire.

Monsieur Truc, dressant V oreille et avec hauteur. — Quelle pauvre bougresse ?

Monsieur Bœuf. — Madame Toesca-Sardou, donc!...

Monsieur Truc. — Tu peux bien dire toutes les saletés que tu voudras... je me ferme les oreilles.

Maurice. — Il me semble tout de même qu'ils vont se battre.

Monsieur Foucart. — Ah ! vaï ! se battre ? Deux vieux camarades comme eux!... Ils n'ont pas pris un coup de soleil... Ne vous occupez pas d'eux. Mais dites-moi plutôt si vous êtes content de Bistouri ?

Maurice. — Bistouri mérite un écrin de velours.

Monsieur Foucart. — Il est en velours lui-même. Sentez, monsieur Maurice, quelle onctuosité ! Dites-le franchement : si vous ne l'aviez pas vu reluire tout à l'heure, est-ce que vous ne croiriez pas que c'est encore le blaireau ? [Suivant des yeux avec attendrissement la fine lame d'acier.) Il glisse comme sur des patins. Au café de l'Univers, j'ai vu, dans V Illustration^ des images représen- tant des locomotives avec chasse-neiges. J'y pense toujours^ quand je revois Bistouri. Et tenez, même sous le menton, là où la barbe pousse en tourbillon, éprouvez-vous quelque chose ?

Maurice, sincère et attentif. — Rien.

Monsieur Foucart. — Bistouri est intelligent. Il raserait un dormeur. Ah ! Monsieur Maurice, quand je le tiens dans ma main, que je le sens, obéissant et sensible comme une petite bête, alors il me prend, à penser à leurs rasoirs mécaniques, une espèce d'envie de rire.

�� �