Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


622 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

internationales d'un intérêt passionnant : le plaisir religieux, le goût des jeux de plein air, la littérature prétendue chaste, et la cuisine. Ces questions-là sont en effet très importantes: c'est en cherchant à les élucider qu'on arrive à démêler l'essentiel du caractère d'un peuple : de la comparaison la vérité jaillit. On pourrait reprocher à Fœmina d'avoir souvent tiré ses conclusions de trop loin et de les avoir trop poussées. Plus on connaît de gens de différents pays, et plus leurs ressemblances, non leurs différences, nous apparaissent.

V. L.

��De M. Théo Varlet, un cahier de Poèmes, que nous devons tenir pour ses meilleurs, pour ses plus sincères et personnels, puisque "Choisis." On y voit comme M. Théo Varlet s'appli- que à une imitation serrée, Uttérale pourrait-on dire, de Jules Laforgue. Mais peut-être M. Théo Varlet ne poursuit-il que d'en faire la parodie ?

Or, moi, bon renégat des soirs méihaphysiques, Regonflant ma chère âme et mes poumons fervents Du matin générique.,.

Et:

Assez, claustral hiver, De tes vices idéalistes ; Assez des métaphysiques soleils de minuit...

Parfois il arrive à M. Théo Varlet de prendre au sérieux son lyrisme. D'où un poncif de Verhaeren :

]e monte, déployant mon cœur tentaculaire, Tous nerfs battants, à l'assaut fou de la lumière.

��Heureusement il existe encore des poètes gais. Le Laminoir

�� �