Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


600 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

LV

i8 mai 1899

��Je ne sais pas quand nous nous verrons, mais il faudrait que ce soit bientôt. Nous avons dû changer beaucoup, depuis que nous nous sommes vus. Il me semble que nous sommes moins jeunes, mais que nous sommes plus forts et meilleurs. Nous avons eu bien des peines en somme pour arriver à ce jour. Mais je pense que nous sommes bons l'un et l'autre et que nos maux auront servi à nous faire comprendre ceux des autres. Ma vie à moi n'est pas heureuse, mon cher vieux, mais elle contient une force de résignation, sans amertume comme sans envie. Et puis au fond mes tristesses me donnent une espèce de bonheur digne et noir que je voudrais bien mettre dans mes livres. Elle me donne aussi un grand désir de faire le bien.

��LVI

8 juin 99

Vieil Henri, je demeure maintenant 29, quai d'Anjou. C'est dans l'île St. Louis, sur des quais pleins d'ombre et de calme auprès desquels la Seine

�� �