Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES DE CHARLES-LOUIS PHILIPPE 595

rieure, et qui était une des meilleures femmes de ce monde.

��LUI

15 février 1899

Ma vie est pleine d'oscillations. Si mon cerveau a un peu de calme et peut poursuivre assez régu- lièrement sa besogne, du moins mes nerfs et mon coeur n'en ont guère : Je suis balloté par toutes sortes de sentiments, d'études, de malaises et j'en perds un peu la conscience. Ce n'est qu'un moment de ma vie, je l'espère.

Je continue mes études sur la prostitution. T'ai-je dit que je devais faire un roman là-dessus quand j'aurai fini mon livre sur maman ? Les choses que je découvre sont horribles. Syphilis, alcoolisme, crapulerie sont les phénomènes quoti- diens de l'existence de plus de 50 000 femmes de Paris. Je t'exprimerai quelque jour en détail comment je vois cela et comment j'essaierai de le rendre, mais pour l'instant je me contente de prendre quelques notes. Je sens surtout une im- mense pitié pour cette misère. Si tu étais ici je te dirais quotidiennement ce que je découvre.

Une prostituée, mon ami, est souvent une pauvre

�� �