Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


PETITS DIALOGUES GRASSOIS 523

traditionnaliste pour les autres. Comme citoyen français et hôte de Grasse, je déplore le succès des radicaux ; comme homme privé, je le pressens.

Madame Brun. — C'est du propre.

Madame Charras, effrayée du tour que prend la con- versation. — Oh ! moi, radicaux, socialistes, anarchistes, centre gauche, tout cela, c'est de l'hébreu pour moi. Laissons ces questions aux messieurs.

Madame Brun. — Ils font semblant de les com- prendre ; au fond, ils n'en savent pas plus que vous, ma chère.

Madame Charras, aimable malgré tout. — Alors, ils ne savent pas grand'chose, parce que, moi...

Mademoiselle Cazagnairk. — Le dernier sermon de l'abbé Valentin résumait bien toutes ces questions, et je trouve que ce n'est pas la peine d'essayer d'aller plus loin. " La politique comme on l'entend aujourd'hui, disait-il, c'est une invention du démon. L'Eglise seule pouvait faire du socialisme quelque chose d'utile. On ne lui en a pas laissé le temps."

Madame Charras, respectueuse. — Ah ! c'est très beau, cela, très édifiant. Mais cet abbé Valentin a un style, une onction...

Madame Brun. — C'est cependant le fils d'un paysan de Mouans-Sartoux... Il ne peut pas renier ses origines.

Madame Charras. — On ne le dirait pas. Il possède un chic, une prestance !... Tout à fait l'étoffé d'un grand prélat.

Madame Brun, impitoyable. — Hum ! On ne le dirait pas ?... si on n'observe rien. Cet homme-là ne sait

3

�� �