Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


PETITS DIALOGUES GRASSOIS 495

Maurice. — Ce n'est que moi, madame Toesca- Sardou, ne vous dérangez pas.

Madame Toesca-Sardou. — Vous ne prenez rien ?... xm petit vermouth, une amére, un verre de bon vin ?

Maurice. — Rien du tout, madame Toesca-Sardou. Je viens vous faire une petite visite en passant. J'entre et je sors.

Joseph, continuant une conversation commencée. — ... Mon voyage à Paris... ah ! bougre ! je les ai épatés, les Parisiens... J'étais descendu chez mon cousin Pamphile, vous savez bien, Pamphile, de la rue de la Roquette...

Marius. — Non, je ne connais pas.

Joseph, s'obstinant. — Mais si, Pamphile, mon cousin... Monsieur, qui vient de là-bas, doit connaître... Dites, monsieur, vous ne connaissez pas ?

Maurice. — Je ne l'ai jamais vu.

Joseph, tenace. — Mais, dans la rue de la Roquette ?...

Maurice. — Je ne sais pas.

Joseph. — Enfin, Pamphile... J'ai fait xm tour le soir... Il y a des magasins, des magasins, des lumières... Moi, ça ne m'épatait pas. Si ils croient m'épater, moi, les Parisiens, avec leurs lumières...

Marius. — C'est ça, ton histoire ?

Joseph. — Tout à coup, je me trouve dans un ras- semblement. C'était un homme qui était tombé sur le trottoir... Un agent de ville arrive et donne des coups de poing dans le rassemblement... Il a voulu m'en donner un... Alors...

Le bel Arsène. — Alors ?...

Joseph, irrité. — Alors ? que vous me dites ?... alors ? que vous me demandez ! Eh bien ! je vous dis : il a

�� �