Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


ISABELLE 289

de la vie... O barques qui souhaitez la tempête ! que tranquille est ce port !

Casimir cependant s'impatientait contre les fleurs ; les capitules pesants des dahlias l'emportaient ; tout le bouquet cabriolait à terre.

— Si vous m'aidiez, dit-il enfin.

Mais tandis que je m'évertuais à sa place, il courait à l'autre bout de la pièce vers un secrétaire qu'il ouvrait.

— Je vais vous faire le billet où vous promettez de revenir.

— C'est cela, repartis-je, me prêtant à la simagrée. — Dépêche-toi. Ta tante serait très fâchée si elle te voyait fouiller dans son secrétaire.

— Oh ! ma tante est occupée à la cuisine ; et puis elle ne me gronde jamais.

De son écriture la plus appliquée il couvrit une feuille de papier à lettre.

— A présent venez signer. Je m'approchai :

— Mais Casimir, tu n'avais pas à signer toi-même ! dis-je en riant. L'enfant, pour donner plus de poids, sans doute, à cet engagement, et pour qu'il lui parût y engager lui-même sa parole, avait cru bon d'écrire aussi son nom au bas de la feuille où je lus :

Monsieur Lacase promet de revenir Vannie prochaine à la Quartfourche.

Casimir de Saint Auréoî.

Un instant il resta tout déconcerté par ma remarque et par mon rire : il y allait de tout son cœur, lui ! Ne le prenais-je donc pas au sérieux? Il était bien près de pleurer.

�� �