Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


190 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

douces exceptions. Si pourtant, je le reconnais, Racine choisit de préférence les héros les plus exces- sifs, mais n'est-ce pas précisément pour échapper à l'élégie, à l'irrémédiable modération de ses moyens et de son style personnel ? Ce style, il avait trop de goût sans doute, pour consentir à le surcharger de placage, à le gonfler, à l'étirer, à l'essouffler ; donc, il l'accepte tel, — le subordonne : serviteur de la passion. Mais quelle révolte là-dessous 1 11 compte sur la fureur d'un Oreste ou d'une Her- mione pour l'animer spontanément d'un autre accent 1

Racine ne veut pas être Racine. A la fatalité de sa nature il n'échappera pas toujours. Aucune de ses pièces où ne se glisse, fût-ce par la bouche d'un personnage secondaire, un peu de sensualité dou- cereuse, quelques tendres mots... Et Madame lui commandera Bérénice... Et l'amour, ressort obligé d'une tragédie qui se soutient par le jeu de l'intri- gue, lui offrira trop d'occasions de soupirer... Mais qu'on ne s'hypnotise point sur ses tragédies dites "amoureuses", qui ne sont pas si exclusive- ment amoureuses qu'on le prétend. Partout ailleurs et même ici, quel acharnement à s'étendre, à se dépayser, à se multiplier ! Aussi semblables entre eux m'apparaissent les personnages de Corneille, et entre elles ses tragédies, (dans la même gamme éclatante et sourde), univoque, aussi divers les per- sonnages, diverses les tragédies de Racine, par la

�� �