Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


SUR LA MORALE ET LA

PÉDAGOGIE DE MAURICE BARRÉS

Il n’est pas trop tard pour parler du discours que Barrès a prononcé sur l’enseignement primaire en Janvier dernier à la Chambre, d’abord parce qu’il traite d’un sujet toujours vivant, et en second lieu parce qu’une récente brochure d’un Bénédictin, Dom Pastourel, (qui, à le juger sur la culture dont son opuscule témoigne, mène au couvent de Erbalunga en Corse une belle vie méditative)[1] donne un prétexte pour essayer de définir et d’examiner l’éthique de Maurice Barrès.

Si Barrés n’était qu’un écrivain il y aurait quelque pédanterie à insister sur son système et à discuter vivement ses idées. Un écrivain à proprement parler n’a pas de système et si Gœthe lui-même, quelque incliné qu’il fût vers la philosophie, n’en eut point, rien de plus indécent, à plus forte raison, que de juger en théologien ou en spéculatif la première partie du Génie du Christianisme. Mais Barrès a trop le souci du style, de

  1. Egotisme et acceptation ; à quelle philosophie rattacher Maurice Barrès — par dom Pastourel.