Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 531

Quant à moi, je ne sais pas de Monet aussi chatoyant, aussi plein, que tel paysage de givre rose et bleu, qui rayonne ici entre d'autres. Curieuse, amère, noble destinée.

H. G.

��EXPOSITION HENRI MATISSE. — (Galerie Bernheim).

Lucide tourment de trop comprendre. Un beau peintre, savant et sensible, se trouve paralysé par sa clairvoyance. Tout de suite il aperçoit ce qu'il va faire et comment il le fera : l'œuvre est devant ses yeux, présente et parfaite. C'est pourquoi il évite de la réaliser ; sa conception est d'abord si claire qu'il lui semble en prenant ses pinceaux qu'il va se répéter, et le tableau qu'il peint s'applique à différer de celui qu'il imaginait. — Les grands artistes sont en face de leur œuvre comme d'une étrangère ; ils n'en prévoient pas du premier coup toutes les démarches ; ils l'épient se développer ; ils la découvrent peu à peu passionnément. Matisse veut imiter cette ignorance merveilleuse, que sa trop nette conscience lui refuse ; il espère la créer en lui artificiellement, en s' écartant de ce que lui impose sa nécessité intime, en choisissant une voie qui ne soit point celle qu'éclaire d'abord la perspicacité de sa vision. Mais par ce geste de volontaire aveuglement, il échappe en même temps à sa spontanéité ; il n'est plus poussé par rien, et l'on est gêné de ne sentir en ses toiles la dictée d'aucune obligation.

La gratuité de cette peinture se décèle à son caractère abstrait. Matisse peint à part des choses ; non pas sans les regarder, mais en se retirant d'elles à quelques pas. Il recueille la sensation qu'elles lui donnent, l'emporte, et, s'étant éloigné, la déplie soigneusement ; elle est ample toujours, car il sait voir et le monde est pour lui le déroulement d'une étoffe épaisse et chargée. Mais parmi cette sensualité l'esprit s'insi- nue ; il en défait la richesse contractée ; il la clarifie, il l'épure, il l'articule, il la distille jusqu'à faire évanouir tout ce qui est lourd, trouble et charnel, tout ce qui manque à être rare. Puis, lentement, avec une complaisance protectrice, il recompose

�� �