Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


524 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

La conclusion précise heureusement la théorie esthétique de l'Occident qui nous paraissait jusqu'ici flottante : comment s'y réunissent l'art gothique et l'art louis-quatorzien, nous le savons désormais. A l'origine, la cathédrale, équilibre et lyrisme, art occidental complet ; puis, par scission, le classi- cisme : équilibre ; le romantisme : lyrisme. A nous de re composer l'édifice, non pas sèchement latin, mais complète- ment français. Charles Péguy, recréant Jeanne d'Arc, vient-il pas de sauter par-dessus cinq siècles ?

H. G.

��o

��M. LOUIS DUMUR vient de faire paraître au Mercure livre extrêmement plaisant. A partir de l'auteur, tout y suisse : le sujet, la langue, et les vignettes qui l'ornent, et sel ; tout y est de Genève, mais de Genève résolument, livre de M. Dumur est des plus représentatifs ; car l'autei subtilement conscient de sa marque n'a garde de la renier dans ce petit volume il se ramasse, il se condense ; rien m reste qui ne soit amusant, naïf, essentiel et particulier. En art il faut se défier de la montagne : mais elle permet la vallée ; dès qu'il échappe à la montagne et au goitre, le Suisse est animé d'une manière d'humour très spéciale qui nous avait déjà donné Tôpffer, qui nous donne aujourd'hui Dumur. Ce petit livre mérite de trouver beaucoup de lecteurs.

A. G.

��o

��ISRAËL ZANGWILL, par André Spire (Cahiers de la Quinzaine).

Le difficile est de savoir s'il faut parler d'Israël Zangwill, ou d'André Spire. Mais au bout du compte, il n'importe. Car Spire est le parent des personnages de Zangwill. Il ressemble à ce juif du Chad Gadya qui traverse toute la culture de l'Occi- dent pour être soudain saisi " du désir de s'envelopper, comme son père, dans un châle à franges, de se balancer avec lui dans

�� �