Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL SANS DATES 4OI

Aussi bien Barrés recon naîtra- t-il dans le Mystère de la Charité de Jeanne a" Arc, et reconnaîtrons-nous avec lui, son propre enseignement dans ce qu'il a de plus salutaire, ses théories dans ce qu'elles offrent de plus sûr.

Enfin le mystère se passe à Domremy, en Lorraine, et c'est une accointance de plus. A sentir combien subtile- ment la petite Hauviette, interlocutrice de Jeannette d'Arc, avec Colette Baudoche s'apparente, je pressens combien l'un et l'autre de ces portraits sont ressemblants.

" Je suis une petite Française qui voit clair, s'écrie Hauviette — et je ne laisse pas dire. Je suis une petite Lorraine qui voit clair.

a Ce qu était une paroisse chrétienne, une paroisse française au commencement du quinzième siècle 1 ; ce qu était une paroisse lorraine, en plein cœur de la chrétienté ; comment les malheurs du temps, les désastres et les déchirements du royaume reten- tissaient sur la vie intérieure, lui donnant un approfondisse- ment quelle n avait peut-être jamais atteint ; créant une mystique ; comment dans cette chrétienté, dans ce peuple chrétien la sainteté poussait pour ainsi dire toute seule, simple et s* ignorant elle-même ; non point travaillée par des exercices, par des forcements de serre, mais littéralement en pleine terre comme une fleur du pays, comme une plante vigoureuse et vivace, fille du terroir, naturelle en ce sens autant que surnaturelle, et qui enfonçait dans le sol des racines d\ne profondeur incroyable ; comment la plus grande histoire du monde, et la plus belle, est ainsi venue tout naturellement au monde, est sortie toute naïve et toute neuve, c'est ce que M. Péguy a entrepris de représenter dans ce mystère...

1 Je cite ici le texte de la notice des " Cahiers. "

�� �